Socioculture 3.0

Accès direct au texte.

Cette partie du blog rassemble les éléments essentiels de ce qui constitue l’un des principaux fils de ma vie et qui a occupé en particulier mes huit dernières années professionnellement (et c’est pas fini) : comment ça se passe quand des êtres humains sont réuni-e-s au sein d’un projet, d’un collectif de vie, d’une famille, d’une entreprise, etc. ? C’est quoi, la « facilitation collective », en « socioculture » ?

« La socioculture, comme son nom l’indique, c’est la culture du social, c’est-à-dire – pour commencer – la culture du collectif. Ma socioculture, c’est l’ensemble des connaissances et expériences que j’ai du collectif – et des sociétés, par extension. Notre socioculture, c’est l’ensemble des connaissances et expériences que nous avons des collectifs, et surtout ce que nous parvenons en effet à partager dans le(s) nôtre(s), en l’occurrence – à l’échelle sociétale, on pourrait donc aussi bien parler de « politique » »… mais le mot porte souvent encore de méchantes connotations. Et puis, ce « nous » là existe-t-il de nouveau / déjà, en fait ? »

« La facilitation est un métier qui se développe ces derniers temps, et un ensemble de pratiques – parfois anciennes – qui se clarifie actuellement pour permettre des coopérations plus fluides entres les êtres humain-e-s. […] La facilitation collective peut se lire soit comme l’ouvrage d’une (ou plusieurs) personne(s) au service d’un collectif, soit comme l’attention d’un collectif à se faciliter à lui-même collectivement sa propre vie. »

Les deux passages que je viens de citer sont extraits du début du traité Socioculture : mieux agir ensemble, dont une version en cours de finalisation est Ici en pdf (le sous-titre c’est « traité de facilitation collective »). Ce livre est encore un peu en friche sur la fin surtout, mais il sera bientôt abouti !

En cliquant sur le menu déroulant on accède à toutes les annexes, numérotées de 1 à 15. Bonne lecture ! « Ya où faire », comme disait mon voisin à l’époque où j’ai démarré la Dynamo…
Et pourquoi « 3.0 » au fait ? Parce qu’après l’invention des mythes et la révolution agricole, voilà sans doute sur notre planète une troisième grande phase pour l’intelligence collective humaine. C’est aussi sous ce nom que je peux accompagner à présent les collectifs qui ont besoin de soutien pour (mieux) s’y engager (voir et « aimer » la page de mon « cabinet de conseil » ici sur Facebook :^) – supervision solo, accompagnement d’ensemble ou coaching de groupe… à moins que ce ne soit un ouvrage pour Murmure des forêts… ?